Skip navigation
Amicale Spitfire

Voyage Cap Nord | Amicale Spitfire

Au Cap Nord en Spitfire

Lundi - Stockholm-östhammar - 292 km


Enfin il se passe quelque chose !

Rennes-Paris En quittant Stockholm nous passons par le village ancien mais un peu trop touristique de Sigtuna. En reprenant la route Pôleth qui conduit m'alerte sur un voyant rouge allumé, le voyant de charge de la batterie. Comme j'ai changé le régulateur (boitier de contrôle de la dynamo) juste avant de partir, et que les charbons de la dynamo sont récents, je penche plutôt pour un boîtier de contrôle défectueux. En effet à la première mise en route de ce boîtier neuf, il avait fallu taper dessus pour que le voyant s'éteigne... Depuis il semblait fonctionner. Nous continuons la route mais sans les feux, pourtant obligatoires en Suède.

ça roule mais le voyant rouge s'allume

J'aime bien les photos "au volant", elles racontent bien l'ambiance sur la route.
Ici on est bien en Suède : toutes les maisons sont en bois, presque toutes peintes en ocre rouge souligné de blanc.

Démontage et diagnostic rapide

Mmmm... Dynamo foutue, cher Watson !

Dynamo fichue, trop chauffé !

Les fils du rotor sont dessoudés du collecteur.

Au moment du pique-nique de midi je remplace le régulateur neuf par l'ancien, que j'ai prudemment emmené. Malheureusement le voyant reste toujours allumé. Hum, un peu inquiétant, ça... Serait-ce la dynamo ? Je décide de la démonter et de l'ouvrir pour voir. Les charbons sont effectivement en bon état, par contre le rotor est... cuit ! Il a visiblement chauffé, et là où les fils rejoignent le collecteur, les traces d'étain sur la circonférence intérieure de la dynamo ne laissent aucun doute : pas réparable. C'est une panne qui peut arriver si l'on demande trop de courant à la dynamo, mais ce n'était pas vraiment le cas, à part les feux allumés en permanence depuis 3 jours ? Il est vrai que j'utilise des ampoules puissantes (80W je crois), mais ce n'est pas énorme pour le circuit de la Spitfire, je n'ai jamais eu ce problème jusqu'à présent.

Et puis, cette dynamo n'est pas très agée : un échange standard acheté en Angleterre il y seulement une dizaine d'années (boîtier vert métallisé)...

Alors comme nous n'avons pas prévu de dynamo de rechange, il faut prendre une décision. Nous pouvons continuer comme ça, la batterie ne se recharge plus, mais en échangeant quotidiennement la batterie avec celle d'une des autres Spitfire, on peut rouler sans trop de souci. Mais ce n'est pas très pratique, nous ne sommes qu'au début du voyage... On peut aussi essayer de trouver une dynamo. Nous ne savons pas s'il y a des casses en Suède, et si elles sont susceptibles d'avoir ce genre de pièce. Il y a sûrement d'anciennes Volvo équipées de dynamo Lucas, et nous avons croisé beaucoup d'anciennes Volvo et Saab. Je sais aussi que les tracteurs Ford ont longtemps utilisé ces dynamos. Mais où chercher ?

Chez Odd Hedberg

L'Amicale Spitfire en visite improvisée chez le Triumph Club Suèdois...

Nous consultons finalement le livret d'entraide international du TSSC, le club anglais. Bingo ! Il y a Odd Hedberg, justement secrétaire du Club Triumph Suédois, qui habite östhammar, à 80km seulement... Je le connais déjà un peu pour avoir échangé quelques emails dans le passé. Après une bagarre avec cabine à pièces, carte téléphonique et numéros internationaux, nous arrivons à le joindre. C'est Pôleth qui joue l'interprète, plus à l'aise que moi en anglais au téléphone. Il nous apprend que nous sommes déjà "très au nord", la plupart des marchands de pièces pour Triumph se trouvant plus au sud. Il nous rappelle 10 mn plus tard : il y a une dynamo en stock à Stockholm (que nous avons quitté ce matin), il est déjà 16h, mais il propose d'aller la chercher le lendemain matin. Nous allons donc dormir près de chez lui. Il nous explique par quelle route arriver, et nous le retrouvons 45 mn plus tard qui nous attend à l'entrée de la ville. C'est déjà un accueil formidable, mais il y a en plus une bonne nouvelle : il a peut-être une dynamo dans son garage !

Il a un moteur de Spit monté sur un support, peint de plusieurs couleurs, qui sert de démo pour les expositions du club. Il y a sur ce moteur une dynamo qui lui appartenait, qu'il avait abandonné au profit d'un alternateur pour avoir plus de puissance (tiens, curieux ça, les suédois auraient-ils des problèmes de dynamo en roulant phares allumés ?).

Nous démontons les deux dynamos pour utiliser les meilleurs pièces et en construire une. Nous conservons ainsi les flasques avant et arrière de la mienne, qui ont de meilleurs roulements, et des charbons en bon état, mais on monte le rotor et le carter principal de la sienne. On travaille dans son garage très bien équipé, encombré de pièces Triumph et d'outils.


La TR8 et l'atelier de Odd

Odd et François démontent

Odd et François, rencontre de deux amateurs de mécanique

Au fond est stockée sa Spitfire MK3 1970 sous une housse, mais devant est installée sur chandelles et en hauteur la TR8 qu'il est en train de restaurer, magnifique. C'est un modèle importé des USA, le précédent propriétaire n'avait pas réussi à la faire immtriculer en Suède. Les lois Européennes aidant, c'est maintenant possible, mais il a fallu que cette TR8 de 1980 respecte les normes de pollution en vigueur en Suède en 1998 ! Elle est heureusement construite d'origine pour les sévères normes californiennes, avec pot catalytique, sonde lambda, etc...

Que des bons outils là-dedans !

Remontage d'une bonne dynamo

La dynamo est maintenant remontée sur ma MK3 et... formidable, ça charge, le voyant s'éteint ! Odd nous a rendu là un fier service, et on a eu "de la chance" d'être si près de chez lui. Nous discutons ensuite un bon moment autour du thé et du café, servi dans des tasses aux couleurs du Triumph Club Suèdois.

Odd nous apprend entre autres que la Suède est un pays qui a changé de sens de circulation, passant de la gauche à la droite en 1967 ! A propos de notre périple au Cap Nord, il nous trouve un peu cinglés je crois, et pense que "là-haut, à mon avis, ils ont encore de la neige..." Je vois la mine de mes co-spitouistes changer de couleur, mais il nous rassure : "mais pas sur la route !"

Il a calculé qu'il nous restait environ 24 heures de route pour rejoindre le Cap Nord, et nous met en garde contre les rennes et les élans, charmantes bestioles ayant tendance à sauter devant la voiture quand on s'y attend le moins, surtout aux lever et coucher du soleil (hum, ça doit être une blague ça, le soleil ne se couche pas, "là-haut"...).


François, mine réjouie

Merci qui ? MERCI ODD !!!

Odd Hedberg nous raconte plein de trucs sur la Suède

Odd nous conseille ensuite un camping sur l'île de Gräsö, accessible par un bac gratuit. Nous le quittons enchantés de son accueil, il a même refusé que je lui paye la dynamo providentielle, il aura en souvenir deux bouteilles de vin d'Anjou offertes par Pascal... Le camping est le plus calme que l'on puisse imaginer, en bord de mer, beaucoup de caravanes fixes et de mobilhomes mais personne.

La nuit est un peu fraiche (3° au moment de se coucher). Les oiseaux nous réveillent avec le jour, de bonne heure !

F.D.
la suite


François et Pôleth

Sur le bac de l'île de Gräsö

Retour | Page d'accueil Amicale Spitfire